Dick Tracy, de Warren Beatty

Adaptation de la célèbre bande dessinée du même nom, Dick Tracy de Warren Beatty, nous plonge dans une atmosphère typique des histoires de super héros avec l’éternel affrontement entre le clan des gentils, biens sous tous rapports et des méchants sans foi ni loi.

Muni de son chapeau et de son incontournable imperméable de détective, Dick Tracy (Warren Beatty) traque sans relâche la pègre qui gangrène sa ville. Intelligent, séduisant et incorruptible, il incarne la bonté et la justice. Le regard fixe, Dick ne se laisse jamais détourner de la mission qu’il s’est donnée, abandonnant plus d’une fois sa bien aimée Tess (Glenne Headly) pour courir après un voleur ou enquêter sur un assassinat. En tant que meilleur détective de sa ville, il est en permanence sollicité par ses collègues qui l’atteignent à tout moment grâce à sa montre émetteur-récepteur.

Face à lui, Big Boy Caprice, interprété par Al Pacino, est prêt à toutes les horreurs pour parvenir à ses fins. Petit, trapu, reniflant, ricanant, il est la représentation parfaite du truand bête et méchant. Avec le concours des autres malfaiteurs de la ville, qu’il a réussi à placer sous ses ordres, il s’enrichit grâce à ses clubs privés faisant office de salles de jeux clandestines et grâce aux rackets des commerçants.

L’ambiance du film avec ses décors et le maquillage des personnages mettent en avant des traits caractéristiques du monde de la bande dessinée et réussissent très bien à nous faire ressentir cet univers. Lorsque l’on voit Dick, Tess et le Kid discuter à travers la fenêtre du bistrot où ils se retrouvent pour boire et manger, un peu d’imagination suffit pour voir les bulles de dialogues au-dessus de leur tête. Les bruitages, eux aussi nous rappellent les onomatopées que l’on peut lire dans les BD, comme lorsque la chaudière à laquelle Tracy est attaché crache sa fumée de partout et nous inonde de pshshshsh et de tssss!

Quant aux personnages, leur caractère se lit sur leur visage, l’apparence de chacun d’entre eux laisse présager leurs qualités et défauts. Breathless Mahoney (Madonna) par exemple, chanteuse blonde et pulpeuse, transpire la femme en détresse, triste et manipulatrice.

Pour conclure, Dick Tracy est un film très réussi qui parvient à adapter au cinéma un comic strip sans le dénaturer. Chaque rôle est remarquablement bien tenu, particulièrement celui de Big Boy par Al Pacino. Mêlant intrigue policière, histoire d’amour, de trahison et scènes mémorables de fusillades à la sulfateuse, il nous tient en haleine durant toute la séance. Peut-être pourrait-on déplorer un scénario un peu basique et sans surprise…

Vincent Trunde, étudiant et artiste chocolatier 

This entry was posted in TJC Lausanne. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s