When You’re Strange, de Tom Di Cillo

Contrairement à la réalisation d’Oliver Stone sortie en 1991, celle de Tom DiCillo a été conçue principalement à partir de documents d’archives, dont une grande majorité inédite ! When You’re Strange retrace le parcours des Doors en montrant à la fois l’ascension chaotique du groupe et son déclin, occasionnés par les multiples excès de son leader. Un judicieux mélange d’images historiques et de scènes tirées du court métrage HWY, An American Pastoral (dont le protagoniste et le réalisateur s’avèrent être Jim Morrison lui-même) rend considérablement plus attrayant le déroulement du film et y rajoute une touche d’authenticité.

Jim Morrison, l’unique

DiCillo, à tort ou à raison, a davantage axé son documentaire sur la personnalité de Jim Morrison que sur le groupe dans son ensemble. En effet, les vies de Ray, Robbie et John sont occultées à notre grand dam. Il est vrai que le lead singer était incontestablement l’homme charismatique des Doors et leur fer de lance. Néanmoins, l’abondance des documents centrés sur lui laisse penser que la contribution des autres artistes au succès du groupe a été secondaire. Ceci dit, le film rend bien la conception du monde que Jim Morrison exprime à travers ses poèmes et ses chansons, une vision qui reflète d’ailleurs l’état d’esprit d’une grande frange de la population jeune dans ces temps de guerre et de révolte.

Le spectacle au détriment de la musique

On peut regretter que les archives choisies mettent plus en valeur les états seconds de Jim sous l’influence de l’alcool ou de la drogue que la richesse et la profondeur des titres joués par les Doors. Cela donne une image un tant soit peu déprimante de leur parcours artistique. Par contre, les fans invétérés seront comblés de pouvoir découvrir des scènes d’anthologie encore jamais vues.

Le montage tel qu’il a été réalisé est très dynamique. Même si l’ordre non chronologique des événements présentés peut légèrement désorienter un spectateur non averti, le rythme des séquences nous tient en haleine jusqu’au bout.

Une démarche originale

En conclusion, les fans des Doors, et plus particulièrement de Jim Morrison, apprécieront sans aucun doute l’approche de Tom DiCillo, qui nous dévoile des séquences inédites de la vie d’un musicien légendaire dans un contexte culturel toujours aussi fascinant.

Lucas Erard, 20 ans

Batiste Widmer, 18 ans

1MPC2, ESTER, La Chaux-de-Fonds

This entry was posted in TJC La Chaux-de-Fonds. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s