Fair Game, de Doug Liman

Ce film, inspiré du livre autobiographique de Valerie Plame, retrace son histoire, ainsi que celle de son couple à travers un scandale politique américain qui met en cause l’administration de l’ex-président Bush. Fair Game, projeté au Festival de Cannes en 2010, était le seul film américain en compétition officielle.

C’est un scénario qui, à première vue, peut paraître ordinaire. En effet, ce n’est pas la première fois que Doug Liman, nous sert l’histoire du couple d’espion héroïque, comme par exemple dans Mr. and Mrs Smith. Le sujet est traité cette fois de manière plus conséquente, réaliste, complexe et délicate, ce qui lui donne un fond consistant. Le fait que Liman se base sur des faits réels, qui sont d’ailleurs peu connus de la plupart des gens, permettent de mieux comprendre les raisons qui ont poussé les États-Unis à déclencher la guerre en Irak, de réaliser à quel point nous sommes mal informés et impuissants face aux choix des grands décideurs de notre monde, et également de comprendre l’importance et l’influence des médias dans la politique.

Malgré le nom d’un réalisateur et une bande-annonce qui promet beaucoup d’action, le film reste plutôt cérébral. On s’immerge laborieusement dans l’histoire au bout d’une quarantaine de minutes seulement. Les dialogues nécessitant des connaissances politiques sur le sujet, s’enchaînent avec une grande rapidité, ce qui ralentit le démarrage du film. C’est enfin lorsque l’identité de Valerie Plame est dévoilée dans la presse, que l’intrigue se densifie et devient réellement captivante.

Naomi Watts nous prouve une fois de plus son talent certain. Elle incarnait déjà parfaitement le mélange de féminité forte et de calme inébranlable de Valerie Plame, dans le film 21 Grammes, également face à Sean Penn, et c’est donc de manière très convaincante qu’elle incarne ce rôle.

Quant à Sean Penn, très grand acteur et également réalisateur du magnifique film Into the Wild, est comme toujours épatant. Le jeu des acteurs est éloquent et leur ressemblance avec Valérie Plame et Joseph Wilson époustouflante. Si le ton est parfois un peu moralisateur, cela reste un très bon film.

Lucie Tardin, 17 ans, Gymnase Auguste Piccard, Lausanne

Advertisements
This entry was posted in TJC Lausanne. Bookmark the permalink.

One Response to Fair Game, de Doug Liman

  1. Math says:

    J’adore! 🙂

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s