Un film futuriste : “Vincere”, de Marco Bellocchio

Vincere est l’avant-dernier film de Marco Bellocchio. Sorelle Mai est son dernier film, mais pas totalement, car il s’agit d’une composition de plusieurs courts-métrages faits par ses élèves pendant l’atelier “Fare Cinema” développés pendant des longs étés par Bellocchio dans sa commune d’origine, Bobbio.

Vincere commence avec un pari de Mussolini : « Si Dieu existe, il me foudroiera dans les cinq prochains minutes. S’il ne le fera pas, j’en conclurai qu’il n’existe pas ». Contrairement aux master class de scénario, où généralement on enseigne que le film doit démarrer avec le personnage principal, ici, ce n’est pas le personnage de la première scène qui incarne le personnage principal. Mais c’est Ida Dalser, jeune fille charmante qui se précipite dans la rue pendant une manifestation pour rencontrer Benito Mussolini, et qui le protège des soldats allemands, en l’embrassant.

Cependant leur relation commence aussitôt qu’elle finit. Pourquoi? Le spectateur connait la même quantité d’informations qu’Ida Dalser, car le scénario ne montre pas les raisons de la défaite amoureuse, même s’il les suggère légèrement. Les images racontent ce qui se passe avant et après leur relation, et ce qui fait mal à Ida est le détachement immédiat, et le film interprète correctement son point de vue en ne le montrant point.

Esthétiquement, les images du film sont très belles, les cadres sont bien composés. La photographie joue beaucoup sur des contrastes (couleurs chaudes et froides dans le même cadre) et sur des plans serrés. Chaque scène de plus de 20 figurants est cadrée serré, sur quelques visages de la foule qui s’animent (sauf dans les images d’archives). Plusieurs matériaux composent les images du film : il y a des images d’archives, comme dans un film précédent, Le metteur en scène de mariages, des surimpressions et des titres sur les images. A propos de Vincere, Marco Bellocchio a lui-même défini son esthétique comme “futuriste”. Effectivement, à plusieurs moments dans le film, on voit Ida Dalser devant un mur recevant la lumière d’un flash. Elle est frontale, mal habillée et nous montre le temps qui passe. On comprend ainsi qu’Ida Dalser est hospitalisée pour graves problèmes psychologiques et qu’elle aurait donc très bien pu inventer sa relation avec Mussolini. A noter que cette deuxième partie du film rappelle vaguement le film Il papa di Giovanna de Pupi Avati, qui raconte aussi les chagrins d’amour d’une jeune fille hospitalisée dans un asile pendant le fascisme.

On pourrait trouver une autre analogie, cette fois entre l’ostentation héroïque d’Ida Dalser et la rébellion d’Alessandro dans Les poings dans les poches, comme si le dernier film de Bellocchio répondait au premier film de sa carrière.

Les docteurs de l’hôpital psychiatrique conseillent à la malade d’abandonner la révolte pour la farce, d’arrêter d’imposer sa vérité et d’accepter le moment historique; mais elle n’est pas prête à les écouter. Ils lui recommandent de jouer le rôle de la femme mariée, qui passe ses jours dans la cuisine, parce que c’est là que la femme fasciste trouve sa place. Une bonne sœur lui conseille également de lire Giovanni Pascoli, tout en lui rappelant qu’elle ne trouvera pas son bonheur dans ce monde, mais dans l’autre. À travers ces propos, Marco Bellocchio semble bien donner réponse à la révolte camusienne de son premier film.

En conclusion, j’ai remarqué une véritable sensibilité dans la mise en scène de Bellocchio, à la fois dans les décors, la lumière et la direction d’acteur. On peut constater que Bellocchio a bien étudié la personnalité de ses comédiens et de ses scènes, pour choisir comment les éclairer. J’ai remarqué plus particulièrement que les habits portés par les artistes futuristes pendant la scène où le Duce visite leur exposition rappellent les habits polychromiques créés par l’artiste futuriste Giacomo Balla au début du 20ème siècle.

Philippo Demarchi, ECAL

Advertisements
This entry was posted in TJC Lausanne and tagged , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s