“Water for Elephants”, de Francis Lawrence

Quand les parents de Jacob Jancowski meurent prématurément, le jeune homme décide d’abandonner sa maison et ses études de vétérinaire afin de fuir des souvenirs douloureux. Il finira par sauter dans un train en marche et atterrira dans le cirque itinérant des Frères Benzini, tenu par le directeur August et son épouse Marlena. Engagé comme vétérinaire, Jacob va découvrir la vie du cirque et s’éprendre de Marlena. Mais August n’a pas l’intention de laisser les choses échapper à son contrôle…

A première vue, l’histoire a presque l’air banal; l’intrigue de l’amour impossible, vue et revue au cinéma, prend cependant une toute autre forme dans ce film réalisé par Francis Lawrence et adapté d’une nouvelle de Sara Gruen. Porté par les performances de Reese Witherspoon et Robert Pattinson, le film est sublimé par la présence du diabolique Christoph Waltz, détestable à souhait dans le rôle d’August. Pattinson réussit, par la même occasion, à éclipser le personnage de vampire qui l’a rendu célèbre en incarnant le jeune Jacob. On retiendra notamment la scène où ce dernier court après le train et laisse tomber sa valise pour gagner en rapidité, cette valise qui est le dernier souvenir de sa vie d’avant, choisissant ainsi de laisser son passé derrière lui et de commencer une nouvelle vie.

Mais plus que de montrer les tourments traversés par un couple, Water for Elephants montre ce qui se cache derrière les paillettes du spectacle. On voit tout d’abord les numéros, exécutés sous l’air émerveillé des spectateurs; on ressent la magie du chapiteau, on ne peut s’empêcher d’être pris par l’habileté des artistes. Et soudain, tout se brise et on voit l’envers du décor. D’entrée, on nous montre la mort de Silver Star, le magnifique cheval blanc de Marlena, qu’August voulait faire travailler jusqu’au bout, même blessé et souffrant le martyre. Tyrannisés par August, hommes et animaux triment jusqu’à l’épuisement. Marlena, même en tant qu’épouse du patron, n’est pas plus épargnée. Elle-même a d’ailleurs été abusée par le côté magique du cirque, puisque c’est en voyant la parade des animaux qu’elle a décidé de rejoindre August.

Le directeur du cirque révèle très rapidement son côté psychotique, en laissant Jacob mettre la main dans la cage du lion, en faisant mine de le balancer du train en marche. Toute la complexité de son caractère est liée à l’argent: tant qu’il y en a, il se montre plus ou moins normal et joyeux. Mais dès qu’il vient à manquer, il se montre cruel, jette des employés du train pour ne pas avoir à les payer et bat ses animaux. Sa jalousie dévorante poussera son épouse dans les bras de Jacob, ce qui ne fera qu’augmenter sa rage et il dévoilera alors toute la folie qui l’habite.

Les décors et l’ambiance du cirque des années 1930 sont magnifiquement recréés et la musique de James Newton Howard accompagne parfaitement chaque scène. On peut parfois regretter, dans certaines scènes, une interprétation un peu trop lisse de la part de Robert Pattinson, mais dans l’ensemble, Water For Elephants est un film bien monté qui vous fera passer un moment de cinéma riche en émotions.

Sarah Siegrist, 18 ans, Collège de Candolle, Genève

This entry was posted in TJC Genève. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s