Dans les coulisses d’une campagne politique : “Les Marches du pouvoir” (“The Ides of March”)

Après Jeux de dupes sorti en 2008, le célèbre acteur, producteur et réalisateur George Clooney nous épate à nouveau avec Les Marches du pouvoir. Ce film retrace l’histoire de Stephen Meyers (Ryan Gosling), un jeune mais déjà très expérimenté conseiller de campagne du gouverneur Morris (George Clooney), bien décidé à remporter les élections à la présidence américaine. Stephen, un peu idéaliste, est prêt à tout pour le faire gagner : il est persuadé que les idées de Morris pourraient faire changer les États Unis de demain. Cependant, grisé par le désir de pouvoir, il oublie qu’il n’est qu’un pion sur l’échiquier politique. Manipulations, coups bas, et désillusions le forceront à remettre en question ses principes et ses idéaux.

George Clooney a su nous dépeindre avec beaucoup de réalisme l’ambiance propre aux coulisses d’une campagne politique. Le temps d’une séance, nous sommes invités dans ce monde à part, où la stratégie et la manipulation sont les clés de l’ascension au pouvoir. George Clooney a su développer son propre style, véritable « marque de fabrique » d’un cinéaste dont aujourd’hui personne n’ignore l’engagement politique. Les discours du gouverneur Morris sont en effet orientés selon les opinions du réalisateur. Sans surprise, ce film est plutôt cérébral : on s’immerge laborieusement dans l’histoire au bout d’une trentaine de minutes seulement. Les dialogues nécessitant des connaissances politiques sur le sujet s’enchaînent avec une grande rapidité, ce qui ralentit le démarrage du film pour le spectateur novice. C’est finalement lorsque l’ébauche d’une éventuelle histoire d’amour apparaît que l’intrigue se densifie, et elle devient réellement captivante lorsque l’on apprend que Molly Stears (Evan Rachel Wood), la jolie stagiaire aux boucles d’or, est enceinte du gouverneur Morris.

En revanche, la photographie du film est décevante. Même si Les Marches du pouvoir est un film d’action politique, on regrette le peu de poésie dans les images, et le peu de subtilité dans les cadrages lors des dialogues surtout. Quant au jeu des acteurs, il est excellent : on découvre un Ryan Gosling aux nombreuses facettes et un George Clooney très convaincant dans le rôle du gouverneur. Si le scénario peut parfois laisser perplexe, (notamment un suicide peu crédible, ou le revirement du gouverneur Thomson à la fin du film), il reste cependant bien construit, car les rebondissements sont nombreux et surprenants.

Lucie Tardin

Advertisements
This entry was posted in TJC Lausanne. Bookmark the permalink.

One Response to Dans les coulisses d’une campagne politique : “Les Marches du pouvoir” (“The Ides of March”)

  1. tom says:

    Salut, je l’ai regardé en EN, et j’ai eu du mal à comprendre tout le dénouement.. Serais-tu m’envoyer en 2-3 lignes l’explication sur la fin ? (j’ai compris la scène dans la cuisine du resto/café, mais c’est juste après pour savoir comment se fini la campagne..) Et aussi eu du mal à comprendre complètement les motifs pour lesquels Molly…(enfin je ne veux pas spoiler l’histoire..)
    Bref voila mon email : skenner5@hotmail.com

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s