“Shutter Island”, de Martin Scorsese

Présenté lors du récent Ciné-Festival à Lausanne, ce film se déroule dans une ambiance quelque peu lourde et austère au sein d’une Amérique d’après-guerre. Guerre à laquelle le personnage principal, le marshal Teddy Daniels (Léonardo DiCaprio) a participé et dont il garde un puissant traumatisme quant à la capacité des êtres humains à commettre les pires monstruosités envers leurs semblables. Des flash-back du camp de concentration de Dachau feront irruption tout au long du récit, comme si une partie de l’énigme se situait à l’intérieur même des souvenirs du marshal.

 

Le premier plan nous annonce un voyage mystique : un bateau se détache progressivement d’un épais brouillard et ses sirènes résonnent au milieu d’une eau agitée. Ce qui paraît n’être qu’une enquête policière d’usage, se dévoile doucement et se révèle être une véritable épreuve déstabilisante pour l’esprit. Ce thriller nous entraîne dans les tréfonds de la folie. Comment distinguer le réel de l’imaginaire ? C’est une question que le héros sera sans cesse incité à se poser.

 

Par un choix habilement défendu, Martin Scorsese nous invite, en tant que spectateur, à nous situer par rapport au héros et à nous identifier à lui, tout en nous poussant à nous questionner et à douter, comme s’il s’agissait de nous-mêmes que nous doutions.

 

Inspiré du roman de Dennis Lehane, également à l’origine de « Mystic River» réalisé par Clint Eastwood, ce film demeure une profonde enquête.

 

Je citerai en conclusion cet extrait des paroles prononcées dans la caverne par la “doctoresse”, extrait qui contient en substance une des intenses questions soulevées durant ce film : Quel est le poids de l’influence exercée par la société dans la délimitation de ce qui est ou non folie ? « Vous-me croyez folle ? Et si je dis que je ne suis pas folle ? Peine perdue, hein ? C’est généralement kafkaïen. Des gens vous présentent comme folle et toutes vos dénégations confirment leurs dires… »

Apolline Anor

Advertisements
This entry was posted in TJC Lausanne. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s