“Les Géants”, de Bouli Lanners. Un conte envoûtant

Géant, c’est bel et bien l’adjectif pour décrire le nouveau film de Bouli Lanners. Ce réalisateur belge n’en est qu’à son troisième long métrage. Cependant son expérience en tant qu’acteur est considérable à travers plus d’une trentaine de films dans lesquels il a joué.

Que se passe-t-il si on laisse deux frères se débrouiller sans argent, pour passer l’été à la campagne ? La trame du film posée, les deux garçons vont rencontrer un troisième camarade qui lui aussi semble vivre loin de ses parents. Ils ne vont pas se contenter des simples bêtises habituelles, mais se retrouver sur la paille. Comme si rien ne leur était interdit, il vont créer entre eux une amitié forte qui va les unir dans leurs ennuis.

Bouli Lanners décrit son chef-d’œuvre comme un conte, car il est vrai que chaque personnage peut être assimilé qui à une fée, qui au grand méchant loup, ou tout autre héros de conte. Mais dès que l’on entend le mot conte, ça peut décourager : encore un film façon Disney avec un happy-end… Mais bien que l’histoire puisse y ressembler, ce n’est pas le cas ! C’est plutôt un “road trip” plein d’humour qui ne laisse pas place à l’ennui.

Comment rendre les trois jeunes acteurs si crédibles, souvent plus crédibles que les adultes qui les entourent ? Lors de l’avant-première organisée par la Cinémathèque suisse à Lausanne, le réalisateur a répondu qu’ils ont tout simplement su s’approprier le scénario et lui donner vie. C’est un aspect important, car souvent les jeunes acteurs ont de la peine à se démarquer face à leurs aînés, mais c’est en restant entre eux qu’ils ont su imposer un jeu qui paraissait presque naturel.

Au public dont je faisais partie, pas forcément familier avec tous les aspects techniques du cinéma, le réalisateur expliqua avec passion que son film fut entièrement réalisé en argentique, loin du matériel numérique. Autre élément technique : la bande-son. Elle fut réalisée par un groupe sur le tournage du film, dans leur chambre d’hôtel. On comprend donc aisément que ce n’est pas un film à gros budget, mais un film authentique réalisé de manière plus traditionnelle que certaines superproductions. Il est bien dommage que ce film ne soit pas présenté (en distribution dans les salles) au grand public.

Pour finir, revenons à l’émotion que ce film apporte. À peine les lumières de la salle éteintes que déjà l’on oublierait le monde qui nous entoure. Les 85 minutes que dure le long métrage semblent n’en avoir duré que 10, comme si le conte nous avait envoûtés.

Romain Giobellina, 17 ans, Gymnase Auguste Piccard, Lausanne

Advertisements
This entry was posted in TJC Lausanne. Bookmark the permalink.

2 Responses to “Les Géants”, de Bouli Lanners. Un conte envoûtant

  1. Francj says:

    J’ai aussi beaucoup aimé ce film, un moment très sympa

  2. Alain says:

    Ouaiiiiii
    Salu Couscous

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s