« Les Géants », une ribambelle d’aventures le temps d’un été belge

Comme chaque année, Zach et Seth passeront les vacances d’été sans leurs parents dans la maison de campagne du grand-père, située dans les splendides paysages des Ardennes. Les deux frangins assoiffés d’aventures passeront leur temps à fumer des joints, rouler en voiture et manger des pizzas. Les vacances s’annoncent mémorables et détendues jusqu’au jour où les deux ados se rendent compte qu’ils n’ont plus d’argent. Le moyen de s’en procurer va déclencher une série de mésaventures. Dany, un jeune garçon du coin, suivra  Zach et Seth tout au long de leurs péripéties.

Ce film, présenté en avant-première à Lausanne par la Cinémathèque suisse et la Fédération  Wallonie-Bruxelles, a tout du conte pour enfants. Trois jeunes garçons, abandonnés dans la forêt, se retrouvent livrés à eux-même et confrontés à des adultes dangereux et menaçants. Cependant, une « fée » croise leur chemin par hasard et leur porte secours à deux reprises sans néanmoins connaître les réels enjeux auxquels sont confrontés les enfants.

Excepté quelques coups de fil, leur mère ne se manifeste pas et semble peu préocupée par le quotidien de ses deux garçons, heureusement courageux et débrouillards.

Bouli Lanners nous rend attentifs au fait que le monde des adultes, a priori sécurisant, comporte plus de dangers que la nature qui assure le rôle de mère protectrice, remplaçant celle qui n’est que peu présente. En laissant toute l’intrigue du film reposer sur les épaules de personnages enfants, le réalisateur a certes pris de grands risques. Bien lui en a pris : les jeunes acteurs se montrent très touchants et naturels, réalisant presque une meilleure prestation que les adultes. Cela est peut-être dû en partie au fait que ces derniers interprètent des rôles à la fois plus sinistres et plus réservés qui nous paraissent d’office moins naturels.  

En conclusion, je souhaite vous conseiller ce film, d’une part pour la leçon de vie que nous donnent ces enfants mais aussi pour les magnifiques paysages et la bande-son qui n’aurait su être mieux choisie.

Giulietta Mottini, 17 ans, Gymnase Auguste Piccard, Lausanne

Advertisements
This entry was posted in TJC Lausanne. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s