“Dark Shadows” : préjugés surmontés

Mes attentes concernant Dark Shadows, le dernier film de Tim Burton, n’étaient pas très élevées. Les raisons principales sont les suivantes :

Il y a deux ans, j’ai vu Alice au pays des merveilles au cinéma, la version de Tim Burton. Je n’ai pas aimé.

Johnny Depp qui joue un vampire anglais et lunatique dans un film de Tim Burton, ça marche, mais j’ai l’impression d’avoir déjà vu ça quelque part. Non pas qu’il soit toujours un vampire, mais enfin il est quand même souvent livide et vaguement fou.

Depuis quatre ans, les vampires sont à la mode. En cause : Twilight. Je n’ai pas eu le bonheur de voir les films et n’émettrai par conséquent pas de jugement. Je reconnais toutefois avoir un a priori négatif à leur égard et donc à l’égard des films de vampires récents en général.

Cela étant dit, force est d’admettre que Tim Burton est fort. Et les vampires – l’esthétique sombre – c’est un peu son domaine d’expertise. Je surmonte donc mes préjugés et je vais voir le film.

Eh bien !  Je suis déçue en bien. Pour tout dire, j’ai bien rigolé, voilà. Alors oui, Johnny Depp est toujours aussi bon et crédible en british ; oui ça fait rire, un Anglais du XVIII qui atterrit dans les seventies américaines ; oui, j’ai passé un bon moment. Et ce film rappelle beaucoup plus La famille Adams que Twilight.

Là où j’avais raison de me méfier, c’était pour le déjà-vu. Somme toute, rien d’inattendu. Rien de propice à susciter la réflexion non plus. Mais le cinéma, c’est aussi pour rigoler, et de ce point de vue, c’est réussi. Aussi, le scénario part un peu trop dans tous les sens, je pense – spécialement à la fin du film. Ça doit être le danger de refaire une série télévisée. Celle-ci marche par le rebondissement, le retournement de situations inattendues. Dans un long-métrage de deux heures, évidemment, ça frappe plus.

Malgré ces petites choses, je conclus que c’est une bonne comédie – du moment qu’on va la voir dans un état d’esprit adéquat.

Roxane Barclay, 20 ans Ecole de Traduction et Interprétation, Université de Genève.

Advertisements
This entry was posted in TJC Genève. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s