Recycling Lily – Romance incompatible dans un décor de carte postale

Recycling_Lily1Après plusieurs courts-métrages, le réalisateur Pierre Monnard signe avec grande fierté son premier long : Recycling Lily. Ce jeune cinéaste d’origine fribourgeoise, aujourd’hui installé à Zurich a tourné son premier long-métrage en Suisse allemande. Pour les alémaniques, un réalisateur germanophone n’aurait jamais pu produire un tel film, et ils l’en remercient. De son côté, le Pierre Monnard voulait à tout prix tourner avec Bruno Cathomas, alias Hansjörg Stähli, personnage qui à été inspiré par le rôle de Michael Douglas dans Chute libre de Joël Schumacher, et Johanna Bantzer l’interprète de Lily, et s’est lancé le défi de réaliser son film Outre-Sarine.

« Incompatible ! » Serait-ce le mot d’ordre du film ? En tout cas, pour Hansjörg Stähli, la propreté de sa ville est primordiale. Ce qui serait tout le contraire de Lily, une jeune femme qui ne peut rien jeter, dont Stähli est amoureux. Ces deux personnages que tout oppose seront reliés tout au long du film par la fille de Lily, Emma, qui est incarnée par Luna Dutli.

L’histoire, se déroule au sein de la ville la plus propre de Suisse, pour laquelle le maire s’attend à recevoir un prix. Cette propreté et le tri des ordures sont assurés par le personnage principal, Hansjörg, à qui le fait de respecter tout un tas de règles tient à cœur. Cet homme, peu sûr de lui et vivant toujours chez sa mère, vit selon un horaire répétitif au fil des jours. De l’autre côté, Lily, une serveuse de fast-food et mère de la jeune Emma, ne peut rien jeter et ne fait jamais entrer personne chez elle, par peur ou par honte.

Alors que tout se passait bien dans cette petite ville, que tous les habitants respectaient les horaires très stricts de la sortie des ordures ménagères et la couleur des sacs dans lesquels se trouvaient celles-ci, une catastrophe se produit. Plusieurs nains de jardin se font détruire par un malencontreux sac poubelle jeté dans le jardin où ils étaient entreposés. C’est à Hansjörg de mener l’enquête et résoudre ce problème avant la remise du prix. Ce qui complique les choses, c’est que cet accident ne serait pas le premier. Leur seul point commun serait une boîte de tabac de la marque Teddy.

Ce responsable d’ordures arrivera-t-il à résoudre ce mystère avant la remise des prix ? Combien de mensonges devra-t-il inventer pour y parvenir ? Lily arrivera-t-elle à ranger et à jeter ses ordures inutiles ? Et ces deux personnages pourtant si différents se trouveront ils un point commun ?

Toute l’intrigue est accentuée par un jeu de couleurs qui fait penser à un décor de carte postale, la musique très présente tout au long du film nous immerge dans leur histoire, et se développe peu à peu avec celle-ci. Une belle réussite pour Pierre Monnard, avec un petit clin d’œil aux westerns apporté par cette musique, et une façon très subtile de se moquer des mimiques de nos voisins suisses allemands.

Elodie Ployez,École de Maturité Spécialisée de Moutier, 16 ans  

Advertisements
This entry was posted in TJC Berne. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s