BOYHOOD, de Richard Linklater – Filmer le concept de la vie

91d04267-64e1-4b61-8e84-9f499a0284c8

Tout d’abord, il faut dire que « Boyhood » correspond totalement à l’originalité et à la patience du réalisateur Richard Linklater, car la simple idée de tourner sur 12 ans un film qui a pour sujet « l’enfance » requiert une sacrée motivation !

Concernant le réalisateur justement, il n’en est pas à son coup d’essai. En effet, il a tourné de nombreux films comme la série des « Before » (Sunrise, Sunset et Midnight) qui correspondent à la même idée de base que « Boyhood »  : filmer le temps. Sa technique est donc assez simple, il utilise les mêmes acteurs pour tout le film. Pour faire vieillir son personnage, rien de plus simple que de laisser l’acteur vieillir tout seul. Que ce soit dans la série des « Before » ou dans « Boyhood », le réalisateur exploite cette idée. Mais là où « Boyhood » se distingue de ses précédents films, c’est qu’ici le vieillissement des personnages est très significatif, car il touche l’enfance : la période où la personne se développe et change le plus, corporellement comme mentalement.

Pour le film en lui même, il faut dire qu’il est long, très long…

Ce qui ne veut pas dire qu’il est ennuyant ou mauvais mais avant de regarder ce film il faut se vider la tête. Il est filmé de manière classique, Richard Linklater ne propose rien de renversant ou de nouveau visuellement. Bien entendu, l’intérêt du film ne se situe pas dans ses aspects techniques.

Les acteurs sont bien choisis, même si l’acteur principal n’est pas exceptionnel, mais pour dire qu’il avait 6 ans à l’époque du casting, on se dit que le réalisateur a eu le nez fin car l’évolution de son jeu aurait pu être pire. Ce qui m’a par contre dérangé c’est le caractère du rôle, son personnage fait preuve d’une certaine passivité tout au long du film.  À aucun moment il ne présente un changement de personnalité ou ne témoigne d’une émotion hors du commun. Ce qui ne veut pas dire que je juge le caractère des gens mais, sur trois heures de film avoir un personnage qui semble être sous morphine émotionnelle, cela devient vite pesant !

L’idée du film et la réalisation sont excellents, car, concrètement, “Boyhood” montre un enfant qui grandit. Nous pourrions même dire qu’il montre « n’importe quel enfant », car l’enfant en lui-même n’est pas important. C’est plus le concept de la vie qu’il veut montrer. Il représente la vie et la vie, c’est malheureusement comme Linklater la montre : long et parfois ennuyant. C’est aussi pour ça que le film nous touche peut-être plus que d’autres films, car à chaque fois que le garçon vit une situation qui nous semble familière, on s’identifie à lui. Il est donc difficile de critiquer le film au niveau de la longueur ou des scènes parfois lourdes, car on pourra toujours répondre par : « Oui, mais le film montre la vie, et la vie c’est comme ça ».

Avec « Boyhood », Richard Linklater a donc voulu filmer « la vie » et nous constatons que celle du personnage principal n’est pas le plus important. L’accent est mis sur les différentes phases par lesquelles il passe et que chaque spectateur a connu, connaît ou connaîtra, quelle que soit sa culture.

L’auteur veut donc probablement montrer ce que tout le monde vit, au-delà des particularité du personnage de Mason.

Les transitions entre les âges sont également très bien faites car elles ne s’expriment que par les transformations physiques des personnages ou par leurs façons de vivre. Le résultat paraît bien plus naturel que si le réalisateur avait choisi d’afficher à l’écran des textes indiquant les dates.

Au final, il s’agit d’un très bon film qui s’avère également très long. À regarder pour se rendre compte que l’essence de la vie peut être représentée par un film de 3 heures. Je retiendrai surtout l’exploit de représentation. Ce qui est ironique, c’est que le film en lui-même m’a empêché de vivre ma vie pendant trois heures.

Tim Pfister, École de Maturité Spécialisée de Moutier, 16 ans

Advertisements
This entry was posted in TJC Berne. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s