Insomnia (2002) de Christopher Nolan

Christopher-Nolan-Insomnia-On-Set-e1342793540652

“Insomnia” : une insomnie mortelle

“Insomnia” raconte l’histoire de l’inspecteur de police Will Dormer (Al Pacino) envoyé en Alaska avec son partenaire dans le but de mener une enquête sur l’affaire du meurtre d’une jeune fille. Par accident, il tue alors son partenaire. Le meurtrier recherché (Robin Williams), spectateur
de la scène de l’accident, commence alors à faire du chantage en menaçant l’inspecteur de dévoiler ce qu’il a vu. Dormer doit alors faire face à la pression du meurtrier et de la fatigue qui le gagne à cause de ses insomnies.
Ce que j’ai beaucoup aimé dans ce film, c’est que les dialogues sont très bien structurés
et compréhensibles, tout en laissant du suspense et sans dévoiler toute l’histoire. La façon
dont les personnages parlent est tout à fait cohérente. On voit aussi que des acteurs très talentueux ont été choisis avec soin afin que les personnages qui se veulent subtils soient bien incarnés. Par exemple, les scènes où le meurtrier appelle l’inspecteur, il parle sans qu’on sache directement de qui il s’agit à l’appareil et c’est ce qui nous tient attentif à ce qu’il va se passer par la suite.
Lors des scènes de suspense, de nombreux plans, tous provenant d’angles différents défilent très rapidement, ce qui rend encore plus l’effet de stress et qui conduit le spectateur à ressentir les émotions du personnage. A travers de courtes scènes coupées, nous pouvons vraiment ressentir l’angoisse et les peurs de Will Dormer.
Tout au long du film, la lumière crue donne une ambiance glauque et inquiétante ce qui rajoute une tension supplémentaire. La lumière joue également un rôle important dans les scènes où elle empêche Will Dormer de s’endormir. Son sommeil étant sa seule échappatoire face à sa culpabilité, la lumière toujours présente le confronte à ses regrets. Cela rend le spectateur à fleur de peau.
Un autre exemple de scène de suspense est la scène où l’inspecteur Will Dormer se déplace dans le brouillard. Le fait qu’il soit complètement incapable de discerner quoi que ce soit et que le potentiel meurtrier puisse venir de n’importe quelle direction rend cette scène encore plus terrorisante.
En revanche, ce qui m’a le moins plu dans ce film, sont les scènes d’hallucination de l’inspecteur, car il est difficile de distinguer ce qui se passe réellement de ce qui a uniquement lieu dans la tête de Dormer. Même si ces scènes sont très bien filmées, il manque peut-être un cadrage plus spécial, ou un effet de lumière qui aurait pu indiquer quand on est dans la réalité et quand on est dans les pensées du protagoniste.
Dans l’ensemble, c’est un très bon film, même si je trouve que la fin est un peu décevante, car le meurtrier et l’inspecteur meurent tous les deux. La fin a sûrement été prévue comme cela, pour nous démontrer qu’en fin de compte, tous les péchés, volontaires ou non (dans le cas de ce film, le meurtre de la jeune fille et celui du partenaire de Dormer), sont punis de la même manière : la mort.

Anja Bobst, 17 ans, Gymnase de Morges

Advertisements
This entry was posted in TJC Lausanne. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s