Insomnia (2002) de Christopher Nolan

374685.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxRemords posthume

“Insomnia” est un thriller policier, axé sur le suspens et les jeux de lumière. Cette dernière occupe une place importante tout le long du film. On le ressent, par exemple, dans le fait que l’action se déroule en Alaska, et qu’il ne fait jamais nuit en été. La lumière est donc un élément perpétuellement présent dans le film.
Les effets sonores sont également importants. Par exemple, on peut remarquer des moments de silence de plusieurs secondes, qui sont soudain interrompus par un son inattendu (alarme, sonnerie de téléphone, etc.), ce qui accentue l’effet de surprise chez le spectateur.
La caméra, quant à elle, est toujours centrée sur le personnage principal, le Détective Dormer. On suit toute l’intrigue de son point de vue, et cela inclue les moments où il manque de s’endormir, par exemple lorsqu’il se trouve dans la voiture et qu’il n’arrive plus à empêcher ses yeux de se fermer. Dans ces instants-là, le spectateur est en alerte et a presque envie de s’écrier au personnage de rester éveillé.
On observe également de nombreux flashbacks, si courts que l’on a presque pas le temps de les apercevoir, mais qui accentuent la culpabilité que le personnage ressent vis-à-vis de la mort de son coéquipier. Toute l’action du film est construite sur ce remords que ressent Dormer après avoir tué Finch.

Lucile Dommart, Gymnase de Morges

Advertisements
This entry was posted in TJC Lausanne. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s