L’oasis des mendiants de Janine Waeber et Carole Pirker

couleurs_229_3 Ce film se veut un documentaire sur de la vie des Roms à Lausanne. Or, je m’attendais à apprendre quelque chose de ce long-métrage, qu’il me permette de me faire un avis objectif après avoir été plongée dans le vif du sujet. J’espérais en sortir avec un regard nouveau sur ce débat épineux qu’est la mendicité, mais il n’en est rien.

Certes, j’ai pu voir des images de Roms dans leur vie quotidienne, la difficulté de trouver un abri, de le garder ensuite face aux autorités et aux bulldozers, l’illettrisme des enfants mais aussi des jeunes adultes… J’ai pu voir certaines personnes qui aident cette communauté, un policier parlant leur langue, messager entre eux et les autorités de la ville, une femme défendant leurs intérêts auprès des politiciens… Au final, rien ou presque que je ne sache pas déjà via les journaux et la télévision (bien que tout soit présenté de manière très concrète ici, et non simplement énuméré). Bien sûr, le fait de voir des images tournées dans la ville où j’ai grandi attire mon attention, de même que le sujet en soi, car je suis confrontée tous les jours aux rues de Lausanne… C’est peut-être là que réside ce que j’ai apprécié dans ce film : l’immersion, grâce notamment aux témoignages des Roms (que l’on ne trouvera pas dans les journaux…), dans un monde que je côtoie de loin à chaque instant, mais dont je ne connais pourtant pratiquement rien.

Cependant, dans ce documentaire, on décrit seulement. De plus, je suis sortie de la séance avec l’impression d’avoir vu des séquences raccordées les unes aux autres sans véritable cheminement et sans pouvoir distinguer ce que le film voulait me faire voir. Tout est description, et non réflexion ou réponse aux questions que l’on se pose sur les Roms que nous connaissons si peu mais que nous croisons pourtant à chaque coin de rue… Quelle est réellement leur situation en Roumanie ? Cette question est expédiée en quelques minutes et même pas au début du film, alors qu’il me semble que pour comprendre le fond, il faudrait connaître l’histoire depuis le début. On entend dire que l’argent qu’ils récoltent est envoyé chez eux, mais qu’en est-il réellement ? Il paraît qu’ils n’en parlent pas… Mais tout de même, pourquoi le film soulève-t-il à peine la question ? On assiste aux débats de politiciens pour savoir s’il faut interdire ou non la mendicité. Intéressant, mais quel est l’avis exprimé dans le film ? Celui-ci semble vouloir rester neutre, mais il n’est en tous cas pas objectif selon moi, car l’accent est mis sur les témoignages des Roms et beaucoup moins sur l’opinion de «l’autre camp », alors que les deux parties doivent être entendues pour se faire une opinion personnelle…

Toutes ces questions demeurent sans réponses, mais je ne peux nier avoir été sensible à la démarche du film : vouloir parler ainsi d’un sujet tabou et sur lequel les principaux acteurs, les Roms, ne sont jamais entendus. Au moins, ils le sont un peu à présent…

Aurélie Journot

This entry was posted in TJC Lausanne. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s