More de Barbet Schroeder

more 6La chute

Durant la période hyppie, Stefan, un Allemand qui vient d’achever ses études, décide de prendre la route pour découvrir le monde. Ainsi, à Paris il rencontre Charlie, qui s’avérera un fidèle ami malgré ses airs d’escroc. Lors d’une soirée Stefan a le coup de foudre pour Estelle, malgré les mises en garde de Charlie, qui lui recommande de ne pas trop se rapprocher d’elle. En faisant connaissance avec la jeune femme, le protagoniste va découvrir son ancienne addiction à l’héroïne après lui avoir fait découvrir les plaisirs de la “fumette”. Le jeune homme décide ensuite de la rejoindre à Ibiza. Là-bas, il se fait entraîner dans l’addiction de sa bien-aimée. Tout au long du film, la dépendance va provoquer une dégradation dans leur couple, jusqu’à une fin tragique pour le héros.

Bien que Stefan quitte sa vie quotidienne pour explorer le monde, lorsqu’il rencontre Estelle, elle devient son unique monde. C’est-à-dire qu’il la suivra dans toutes les situations, malgré son comportement parfois tumultueux. On peut même dire que Stefan est aveuglé par la jeune femme parce qu’Estelle signifie en latin étoile. Ceci n’est pas un hasard, puisque la lumière et le soleil sont omniprésents dans le film. Ainsi ébloui, Stefan va oublier les dangers de la toxicomanie. En effet, au début de leur voyage à Ibiza, la drogue ne semble pas être un problème, on a même l’impression qu’elle embellit leur vie au soleil. La situation s’aggrave quand Estelle retombe dans ses vieux démons et qu’elle entraîne Stefan dans sa chute.

Le titre “More”, en français “plus”, représente plusieurs éléments du film; d’une part la recherche de toujours plus de liberté pour Stefan, ensuite l’excès de drogue, et enfin l’amour de plus en plus passionnel entre les deux membres du couple.

Barbet Schroeder filme sans vulgarité, ni censure. Il est évident qu’un film qui narre la recherche de liberté de Stefan et son amour sensuel avec Estelle, une jeune femme dans le vent, entre hyppie et junkie, n’aurait aucun sens s’il était resté trop sage. Ainsi, More décrit une histoire d’amour tout en traçant la liberté de la période hyppie et ses risques.

Clara Gil, 18 ans, Gymnase de Morges

Advertisements
This entry was posted in TJC Lausanne. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s