The Revenant – Une nature hypnotisante

Comment rendre intéressant un film dans lequel le personnage principal passe la plupart du temps par terre ? C’est l’une des questions que nous pouvons nous poser en regardant le dernier film de Iñárritu qui raconte l’histoire d’un trappeur (Hugh Glass) grièvement blessé par un grizzly et lâchement abandonné par ses camarades. En plus d’un récit de survie, The Revenant évoque également les relations qu’entretient Glass (Leonardo Dicaprio) avec les indigènes qui provoqueront, pour cette même raison, des conflits avec l’un de ses coéquipiers.

En ce qui concerne la réalisation, la proposition du cinéaste est très intéressante. Aucun doute, il s’agit bien du nouveau film du réalisateur de Birdman (2014) comme en témoignent les nombreux longs plans-séquences. Par contre l’utilisation de la musique n’est ici pas aussi réussie que dans son précédent film. En effet, là où la bande-son de Birdman s’avérait très originale et particulièrement marquante, nous oublions rapidement la présence de musique devant The Revenant. Pire, lorsqu’elle apparaît, elle nous semble bizarre et même déplacée.

Du point de vue de l’intrigue, ce long-métrage n’a selon moi rien d’exceptionnel qui lui permettrait de dépasser Le Nouveau Monde (2011) de Terrence Malick, qui abordait des sujets similaires. Iñarritu a essayé d’y placer quelques symboles importants et comme dans l’œuvre de Malick, les indigènes représentent le côté poétique du film, qui disparaît par la suite et laisse la place au sang et à la violence.

The Revenant n’a peut-être rien de différent par rapport à d’autres créations cinématographiques du même genre mais il y a une chose qui est impossible de contester: il est réussi visuellement. Et c’est même la réponse à ma première question, comment peut-on rendre un film intéressant alors que postulat est aussi peu accrocheur ? Des incroyables plans se centrant sur l’immensité de la forêt. Des mouvements de camera d’une telle fluidité que cela nous donne une impression que ces étendues sauvages ne s’arrêteront jamais… Ce ne sont certainement pas les seules raisons pour lesquelles ce thriller dramatique uniquement filmé en lumière naturelle a eu un tel succès (notamment la présence de Hardy et de DiCaprio, et le mythe des plusieurs Oscars refusés à ce dernier) mais la représentation de la nature dans The Revenant parvient à nous hypnotiser.

Salma Romero, Gymnase français de Bienne, 16 ans
Salma Romero

La TJC remercie Fox Warner qui a offert des billets pour ce film

Advertisements
This entry was posted in TJC Berne. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s