“Hotaru”, de William Laboury

Hotaru

Martha a un don, elle est hypermnésique. Elle a reçu une mission particulière qui consiste à transmettre son savoir à d’éventuelles formes de vies aux confins de l’univers. Dès lors, Martha n’est plus qu’une banque de données contenant la plupart des informations de la planète terre. La voix de Martha nous accompagne durant le film, ainsi que ses dialogues avec Bernard, l’homme chargée de s’occuper d’elle ou encore avec sa sœur Sophie.

Dans un montage épileptique, on suit le cours de la pensée de Martha, allant du simple souvenir de sa famille jusqu’aux images de chaque coucher de soleil s’étant produit sur terre. La mémoire de Martha est impressionnante cependant un souvenir qui lui est particulièrement cher va venir perturber le bon fonctionnement de la mission.

William Laboury, le réalisateur de ce court métrage, a été contraint pour son travail de fin d’études à la Femis d’utiliser des images d’archives. C’est avec brio qu’il relève ce défi pour lequel il utilisera essentiellement de vieilles images de synthèse, donnant naissance à un univers pixellisé haut en couleur.

Esthétiquement riche et original, Hotaru nous raconte une histoire d’amour qui ne peut être vécue que dans les souvenirs. Le montage rapide, vibrant accompagné d’une musique sublimant chaque image, Hotaru est avant tout une expérience sensorielle nouvelle et fraîche. Tout cela, rappelons-le, à partir d’images d’archives !

En dehors de son aspect visuel, Hotaru parvient à nous toucher à travers les questionnements de Martha. Elle seule à la capacité de retenir la moindre information, cependant qui se souviendra d’elle ? Et si son monde constitué uniquement de souvenirs était irréel ?

Autre interrogation intéressante auquel le film tente de répondre : et si nous étions amenés à laisser un héritage audio-visuel de notre monde, lequel serait-il ?

Delphine Rieben, 19 ans, Bienne

Advertisements
This entry was posted in Atelier NIFFF 2016. Bookmark the permalink.

One Response to “Hotaru”, de William Laboury

  1. William Laboury says:

    merci Delphine pour cette belle critique !
    William

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s