SULLY, de Clint Eastwood – Ressentir le choc post-traumatique

sullySuivant sa réputation de réalisateur humaniste, Clint Eastwood a décidé de se pencher sur le héros de l’accident aérien du 15 janvier 2009, Chesley Sullenberger. Ce pilote de US Airways avait choisi d’amerrir sur l’Hudson à New York après avoir perdu le contrôle de ses deux réacteurs. Même si l’opération s’est déroulée avec succès, la décision de Sully est remise en cause par une commission d’enquête.

Sully se concentre non pas sur la vie du personnage mais plutôt sur les différentes réactions nées du sauvetage. L’approche des médias, tout comme celle du public y sont brièvement exploitées. Cependant, l’essentiel du film est axé selon la perspective de Sullenberger, certaines scènes révélant même ses visions ainsi que ses cauchemars suite au choc post-traumatique. De cette manière, on assiste avec stupeur aux différents scénarios auxquels le vol 1549 a échappé.

Autre aspect important du film : sa structure narrative non linéaire. Le récit est entrecoupé par des scènes de flashbacks plus ou moins longues, montrant le passé de Sully ou alors revenant sur l’amerrissage de l’avion. C’est à l’aide de ce point de vue ainsi qu’à sa construction narrative, que le film réussit à nous plonger dans un état de doute proche de celui de Sully. Assez rapidement, l’incertitude s’installe quant à la décision risquée du pilote. Bien que celui-ci reste persuadé qu’il n’avait d’autres choix que d’amerrir sur l’Hudson, la pression exercée par les médias et par les enquêteurs pousse Sully à se remettre en question.

C’est donc avec intelligence qu’Eastwood réussit à nous mettre dans la peau de son personnage et qu’ainsi il crée une tension dérangeante tout au long du film. Ajouté à cela la prestation impressionnante de Tom Hanks, qui confère à Sully beaucoup d’émotion. Néanmoins le choix des flashbacks s’avère tout de même un brin répétitif lorsque l’on assiste une troisième fois à la scène de l’amerrissage.

Le 35ème film de Clint Eastwood fait donc hommage à cet évènement hors du commun tout en montrant les difficultés que Chesley Sullenberger a dû affronter après son exploit.

Delphine Rieben, Gymnase français de Bienne, 20 ans
Delphine_Rieben

 

 

 

Warner Brothers a généreusement offert des billets à la TRIBUne des jeunes cinéphiles pour ce film

Advertisements
This entry was posted in TJC Berne, TJC Lausanne and tagged , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s