La La Land, de Damien Chazelle – Une scène d’ouverture époustouflante

la-la-land2

C’est dans une situation que tout le monde a vécue un jour ou l’autre que commence le film de Damien Chazelle : les embouteillages. Nous sommes alors témoins d’une danse parfaitement chorégraphiée sur une musique entraînante et de différentes cascades, le tout filmé dans un plan séquence plutôt impressionnant. Ce genre de séquence nous rappelle les comédies musicales d’autrefois, avec leurs danses simplement incroyables, leurs chants à couper le souffle et l’effort investi autant par le réalisateur que par les acteurs, les caméramen et toute l’équipe technique sur le tournage. Au premier abord, on se demande à quoi sert cette scène sur l’autoroute, qui ne semble n’avoir aucun lien avec le film qui suit. Mais je pense que c’est un excellent début de film car il nous donne le sourire et nous met directement dans l’ambiance, nous donnant presque envie de nous lever dans la salle pour danser avec les acteurs. Puis, lorsque la musique finit, tout le monde retourne dans sa voiture, et à la triste réalité de sa vie où, dans la rue, tout est morne et triste. Nous calmant aussi nous, les spectateurs.

Pour le reste du film, nous suivons la vie d’une jeune passionnée de théâtre et de cinéma et d’un pianiste fan de jazz qui n’accepte pas que ce style musical se meure et ne trouve plus que peu d’adeptes et de gens s’y intéressant. Nous suivons leurs parcours, leurs attentes et leurs déceptions et surtout l’histoire d’amour qui les relie. Un amour complice, joueur, de ceux qu’on aimerait tous avoir le plaisir de vivre. Le couple formé dans ce film n’est pas sans nous rappeler les duos de l’âge d’or des comédies musicales tel que Fred Astaire et Ginger Rogers, et bien d’autres.

Personnellement j’espère que ce film donnera envie à d’autres réalisateurs et à d’autres producteurs d’en créer et que la comédie musicale reviendra au goût du jour. Car c’est un genre qui donne le sourire et qui fait en sorte que nous nous sentions mieux. Lorsqu’on est un peu triste ou sans motivation, une bonne comédie musicale, des anciennes jusqu’aux plus récentes, nous rend joyeux et peut facilement nous toucher par la beauté de l’histoire, les chants, les chorégraphies et les émotions des personnages.

Igor Viana Rodrigues Costa, Gymnase français de Bienne, 16 ans

Le distributeur Ascot Elite a offert des places à la TRIBUne des jeunes cinéphiles pour ce film.

Advertisements
This entry was posted in TJC Berne. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s